Mario Huot, chasseur nomade

Mario Huot, chasseur nomade

Si la plupart des chasseurs québécois ont pour habitude, l’automne venu, de s’isoler pendant quelques semaines le temps de la chasse, Mario Huot, lui, fonctionne à un tout autre rythme. En effet, depuis 21 ans, le propriétaire d’Aventure Express parcourt le globe pour chasser à travers le monde. Son endroit de prédilection? L’Afrique.

« Je me décrirais comme un chasseur nomade, un chasseur exotique, résume Mario Huot. J’ai guidé pendant 19 ans l’orignal, et j’avais envie de changement, c’est là que j’ai parti Aventure Express, une agence qui organise des forfaits de chasse pour des amateurs de partout dans le monde. »

Sa passion a poussé Mario Huot à devenir propriétaire d’une pourvoirie en Afrique du Sud, où il pratique la chasse plusieurs fois par an : « Je chasse à travers le monde, mais l’Afrique c’est mon dada. Il y a 42 espèces là-bas, donc beaucoup de diversité comparé à ce qu’on a ici. Je me spécialise dans le plain game, soit tout ce qu’il y a en quantité industrielle : le kudoo, l’antilope, le phacochère, etc. »

Mario Huot raconte avoir longtemps rêvé de l’Afrique : « Ma première chasse en Afrique, c’était un rêve d’enfant. La première fois que j’ai voulu y aller, mes parents me disaient que je devais apprendre l’anglais, le français, les maths… ma mère n’avait pas tord! J’ai été à l’université en comptabilité marketing, et à partir du moment où tu sais compter et parler en anglais, tu n’as plus de limites sur la terre, donc mon rêve s’est réalisé! À l’époque, c’était extrêment cher. Dès que j’ai ramassé mes sous, je me suis retrouvé en Afrique et ça a été la piqûre. »

Les vêtements de chasse, une priorité qui ne se démode pas

Évidemment, le climat et les particularités territoriales de l’Afrique signifient de nouveaux défis à relever pour les chasseurs. « Il n’y a pas beaucoup de possibilités de camouflage en Afrique, rappelle Mario Huot. Dans la savane et la brousse, ce qu’on voit, ce sont de petits bosquets de 3 pieds de haut. Le camouflage est plus difficile, on doit développer de nouvelles stratégies. » Le chasseur est sans équivoque : les vêtements doivent être la priorité des chasseurs, peu importe l’endroit où ils pratiquent leur sport : « Avoir le bon vêtement, au bon moment, pour se protéger des odeurs, c’est la clé du succès. Parce que quand tu n’es pas confortable dans ce que tu portes, tu souffres, tu as chaud, tu suffoques. Et quand tu es parti, tu ne peux plus revenir et changer de vêtement! »

Ainsi, de l’Afrique à Terre-Neuve en passant par les montagnes de la Colombie-Britannique, Mario Huot est toujours parfaitement équipé, notamment grâce au manteau Windshield de Sportchief qui a gagné sa confiance en raison de sa versatilité : « Le manteau de chasse Windshield, c’est un coupe-vent hydrofuge qui est un beau passe-partout! » Il explique privilégier la couleur X-Unity Light, parfaite pour les nombreux endroits où il chasse. « Si tu vas en Afrique, à Terre-Neuve, dans les rocheuses en Colombie-Britannique, les couleurs sont parfaites. Si tu veux être sûr de ne pas manquer ton coup, c’est le produit idéal. »

Pour la chasse en Amérique du Nord, le chasseur recommande chaudement l’ensemble de camouflage imperméable Predator : « C’est le suit que j’ai sur le dos pratiquement à temps plein en Amérique du Nord. Il fait la job à 100%! »

Un conseil à ne pas oublier

Aux chasseurs d’orignaux qui vivront bientôt leurs premières semaines de chasse annuelle, Mario Huot rappelle une chose : « L’orignal a deux sens très aiguisés, l’ouïe et l’odorat. Quand on le call on le fait venir à nous, mais il a besoin de se garantir que c’est vrai, ce qu’il vient d’entendre. C’est là que les urines entrent en ligne de compte, parce qu’il a besoin de son odorat pour se confirmer que tout est exact. »

En effet, même s’il a sa pourvoirie en Afrique, Mario Huot passe tout de même une bonne partie de l’année à chasser au Québec et ailleurs au Canada : « Mes chasses un peu exotiques se font toutes en janvier, février, mars et avril. Après, j’arrive au Québec à temps pour la chasse au dindon, ensuite la chasse à l’ours… à la mi-juin, je prends quelques vacances, et après, on clanche pour l’orignal et le wapiti : Terre-Neuve, Québec, Ontario, Saskatchewan et Colombie-Britannique. »

Besoin d’un habit de chasse?

Tous les vêtements mentionnés par Mario Huot sont disponibles sur la boutique en ligne de Sportchief. Magasinez votre ensemble dès maintenant et découvrez la qualité Sportchief, passionnés de chasse depuis 1946!